Psychothérapie intégrative et attachement

Guérir nos blessures, réparer le passé est une utopie, ce qui est possible en revanche c’est de les intégrer dans notre vécu d’aujourd’hui. De nos expériences passées, former un tout cohérent qui fait sens pour nous et ainsi aborder nos relations du présent, à l’autre et avec nous-même, avec davantage de souplesse, de fluidité et d’ouverture.
Le besoin de relation est une motivation primaire dans le comportement humain et le contact est le moyen par lequel ce besoin est satisfait.
Quand ce besoin de relation est absent ou non satisfaisant, nous nous adaptons. Mieux vaut un lien toxique/défectueux que pas de lien du tout. Ces adaptations portent sur le plan cognitif, émotionnel, comportemental, corporel et relationnel.

Psychothérapie intégrative selon la méthode de Richard Esrkine

Dans cette approche, le terme intégratif s’entend selon deux dimensions : la première concerne l’intégration au niveau de la théorie avec l’incorporation en un tout cohérent de différentes méthodes, approches ou courants de psychothérapie. La seconde concerne l’intégration au niveau de la personnalité, avec comme visée thérapeutique de permettre à la personne de reconstituer une expérience sensée et cohérente de son vécu, sur le plan de ses émotions, sensations, comportements, modes de pensée, fantasmes et modes relationnels.

Intégration de la théorie
Aux fondements de l’IP (Integrative Psychotherapy), on retrouve plusieurs courants ou approches théoriques qui traitent de la pensée, du comportement, des sensations corporelles, des émotions, du lien, du contact. La richesse, l’ingéniosité du travail de Richard Erskine et de ses collaborateurs a été d’en extraire ce qui lui semblait être le meilleur et le plus utile pour le processus thérapeutique et la croissance des patients, et de les incorporer dans un tout cohérent avec pour visée de rétablir le lien, le contact interne / externe et la cohérence chez le patient.

Voici quelques-unes des approches intégrées à la psychothérapie intégrative de R. Erskine :
– l’Analyse Transactionnelle (Berne) : le système du scénario, les croyances, les états du moi, les conflits intra psychiques
– la Gestalt-thérapie (Perls) : notion de contact (interne, externe, plein contact), expérience de l’ici-et-maintenant
– la Psychanalyse moderne (Stern, Winnicott, Erikson, Piaget): approches intersubjectives et théorie anglaise de la relation à l’objet, étapes de développement de l’enfant, construction du Soi
– l’approche centrée sur la personne (Rogers) : écoute empathique
– la théorie de l’attachement (Bowlby) : styles d’attachement, mémoires procédurales

Intégration de la personnalité
Cette deuxième dimension a pour but de réunir, rassembler les parties de nous éparpillées, fragmentées, dans un tout cohérent qui va dans le sens de la Vie, pour retrouver notre capacité à agir au service de la vie, à retrouver notre Soi véritable, notre nature profonde et laisser progressivement les comportements d’adaptation, les croyances qui nous maintiennent dans un mode de « survie »

«Cette intégration permet d’avoir le courage de faire face à chaque moment de la vie, avec ouverture et fraîcheur, sans la protection d’une opinion, position, attitude ou attente préétablie [ … ] La relation – à la fois lors des étapes précoces de l’existence et tout au long de l’âge adulte – est la source de ce qui donne du sens et une validation au Soi»
(Erskine et Trautmann, Le processus de la psychothérapie intégrative).

Intégrer ma personnalité, c’est donner sens et cohérence à mon histoire pour rejoindre le mouvement de la vie, développer mon autonomie et aborder mes relations avec davantage de souplesse et de fluidité.

Plus d’infos sur la Psychothérapie Intégrative :
https://integrativeassociation.com
http://www.integrativetherapy.com/fr/index.php

Théorie de l’attachement

Cette théorie a été développée par John Bowlby

« Ce qui lie un petit singe à sa mère n’est pas tant le fait qu’elle le nourrisse, mais plutôt le fait qu’elle le protège et qu’elle le rassure, et que le petit est prêt à tout pour faire en sorte de rester à ses côtés et qu’elle prenne soin de lui. »
Harry Harlow

Si nous existons aujourd’hui adulte, c’est que quelqu’un s’est occupé de nous enfant. L’attachement est un instinct commun à tous les mammifères. Ainsi, dès ses premiers mois de vie, le petit pour survivre va rechercher la proximité avec sa mère. Ce lien entre la figure parentale et son enfant parle de protection plus que d’amour, protection qui procure la sécurité nécessaire au petit pour lui permettre d’explorer le monde.
Lorsque la figure parentale ne répond pas de manière optimale à ces besoins, l’enfant va mettre en place des stratégies d’adaptation vis-à-vis de son environnement afin de garder le lien avec ses figures d’attachement, coûte que coûte.

« Quand les solutions de notre passé deviennent les problèmes d’aujourd’hui »

En effet, ces stratégies que nous connaissons si bien peuvent perturber nos relations d’adulte. L’espace thérapeutique sera l’occasion pour le client de découvrir le génie créateur de ces adaptations qu’il a mises en place si ingénieusement et qui lui ont permis de survivre. D’expérimenter un autre type de relation, plus respectueux de ses besoins et petit à petit restaurer son attachement et intégrer son histoire.
Donner sens et cohérence à mon histoire pour rejoindre le mouvement de la vie, développer mon autonomie et aborder mes relations avec davantage de souplesse et de fluidité.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s